Mercredi 12 octobre 3 12 /10 /Oct 21:53

Analyses personnelles de trois vidéos :

 

BO de Vik Muniz =>

Paysage : 1er niveau : ça renvoie à l'art, 2è niveau qui renvoie à l'art aussi avec les citations.

Numérique : photographie, plusieurs processus de refabrication de la photo.

 

Pub Ford =>

Paysage : renvoie à l'artiste […], référence à berlin

Numérique : télévision.

 

Pub Free =>

Paysage : renvoie à Van gogh, portrait de la chienne de Louis XVI, marcel broutard, référence à la tradition des films des années 50 (tontons flingueurs).

Numérique : transmission de l'original vers d'autres générations.

 

Critique du déchet dans les 3 dans la forme. On évoque l'idée de surconsommation, du recyclage.

 

Film logorama du groupe H5.

Référence à la surconsommation, mondialisation (même marques), conflits de marques, fonctionnement sans l'homme avec les marques humanisées, ouragan aux USA, etc.

Référence à plusieurs scènes de films, enchainement de citations, scénario et architecture en réseau.

Niveau social, politique et mythologique qui est exploité.

 

Comparaison avec le jardin des délices de Jérôme Bosch. Images sonores, chargées, abondantes.

Tableau de l'ordre de la communication, publicité qui transmet les codes de la religion à l'aide d'un scénario qui évolue en réseaux à l'aide de micro scènes.

 

Masaki […]

 

Histoire de réseaux, d'expériences et de mises en réseaux. Question du point de vue, du réseau, du réel/virtuel = extrusion d'images et de données. Anthropologie virtuelle, lien avec la réalité intrinsèque.

 

Pub EDF avec Laure Manodou.

Progression sociale, transmission, l'eau (élément de vie, régénération, temps qui passe, écologie) comme fil conducteur entre les pays/cultures. Transposition des valeurs d'une marque sur une personne. Clin d'oeil aux jeux olympes de pékin et vouloir vendre des centrales nuckléaires.

 

Mickeal Snow, la région centrale (1971).

Il a inventé sa propre caméra rotative qui filmait quand elle était lancée.

Texte d'un critique d'art qui sous entend que la caméra est remplacée par l'homme, se placer dans l'expérience de l'homme.

 

Robert Smithon (?).

Son intérêt est souvent sur la localisation des zones industrielle abandonnées. Relation entre le jardin et le numérique, quelle relation avec d'autres cultures ? Recouvrement = notion liée au paysage, quel lien avec la photographie ?

Livre de Borgès (?)

Opération d'ouverture sur les autres cultures, notamment orientales. Question paradoxale sur la notion de points de vue

 

Citation : Plus l'ennemi gagne du terrain, plus il perd en force. Jouer avec la force de l'ennemi.

 

George Bataille, le ciel bleu.

 

Alain Bachou, clip, un jour je t'aimerai moins.

Il se compare à Mitterrand.

 

Le dis positif les chemins de la culture.

Points dans la ville reliés par des stations (travail de Brandon).

 

Par L1 Infocom, Cru 2010/2011. - Publié dans : CM Espaces privées et publics : création web
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 12 octobre 3 12 /10 /Oct 21:50

Intervenant : Dominique Fabre.

 

Le son : phénomène physique.

 

La propagation.

 

Le son est un phénomène physique lié à la composition de l'air. Lorsqu'une portion d'air est mise rapidement en mouvement :

  • Compression de la portion d'air.

  • Réaction de décompression de la portion d'air.

  • Expansion de la portion au delà de son volume initial.

  • Compression de la portion voisine.

  • Etc.

La zone de pression se « propage » de portion d'air en portion d'air. La vitesse de propagation du son dépend de l'élasticité du fluide (eau, air) dans lequel il se propage. Dans l'air elle est environ de 344m/sec.

 

La perception.

 

Imaginons qu'une oreille humaine soit placée au niveau de l'une des portions d'air. Les mouvements du tympan épousent les variation de pression de la portion d'air. On peut les représenter en fonction du temps de la manière suivante : (voir graphique).

 

Dans la réalité, les sons ne se limitent pas à une compression unique qui se propage. Imaginons, par exemple, le bruit d'une baguette frappant un tambour. La peau va entrer en vibration et provoquer des compressions successives des portions d'air en contact avec elle. La vibration s'atténuant, les compressions sont de plus en plus faibles jusqu'à leur extinction totale. Il est important de bien comprendre que c'est seulement la zone de pression qui se déplace, les molécules d'air, elles, restent à leur place à quelques micron près.

 

Cette forme de propagation est analogue à ce que l'on peut observer lorsqu'on jette une pierre dans une étendue d'eau calme. On parle d'une onde sonore.

Notre cerveau distingue plusieurs caractéristiques dans les sons perçus. Les principales sont :

  • La durée : elle correspond au temps écoulé entre le premier « pique » et l'extinction totale de l'onde.

  • La hauteur : elle indique si le son est grave ou aigu et correspond à la fréquence d'ondulation. Plus une période entre 2 répétitions est courte, plus la fréquence est élevée, plus le son est aigu.

  • L'intensité : ça représente l'amplitude maximum de l'onde. Plus cette valeur est élevée, plus le son est fort.

La fréquence d'un son est exprimée en Hertz (Hz). Une onde sonore ayant pour période de 0.1 seconde à une fréquence de 10Hz. L'être humain ne peut entendre que les sons dont la fréquence est comprise entre 20Hz et 20KHz.

En dessous de 20Hz, on parle d'infrasons, au dessus de 20KHz on parle d'ultrason. Ces limites varient en fonction de l'âge, en particulier la limite haute. Un adulte de 40 ans pourra percevoir les sons jusqu'à environ 12KHz alors qu'un enfant de 10 ans entendra jusqu'à 18KHz.

Pour exemple, les chats entendent les sons jusqu'à 25HKz, les chiens jusqu'à 35KHz et les chauves souris jusqu'à 1000KHz.

 

L'intensité du son est exprimé en décibel SPL (Sound Pressure Level), il s'agit d'une unité dont l'échelle est logarithmique. Ce choix a été fait pour ne pas avoir à manipuler des chiffres trop petits ou trop grands.

0db représente le seuil d'audibilité. Il ne s'agit pas du silence absolu. On note que la plupart des personnes ont un seuil d'audibilité un peu plus élevé (4-5 dBSPL). 130DB est le seuil de douleur pour l'humain, cependant l'oreille peut subier des dégats des 85 dBSPL. Notons une propriété intéressante de l'échelle logarithmique utilisée pour les dBSPL : l'intensité du son perçu double tous les 3 dBSPL. Autrement dit, un son à 56 dBSPL est 2 fois plus fort qu'un son à 53 dBSPL./

 

Quelques points de repères :

  • 10-20 dBSPL : tic tac d'une trotteuse de montre.

  • 20-30 dBSPL : chuchotement.

  • 30-40 dBSPL : forêt.

  • 70-80 dBSPL : aspirateur, restaurant bruyant.

  • 80-90 dBSPL : tondeuse à gazon, klaxon.

  • 100-110 dBSPL : marteau piqueur, concert amplifié.

  • 120-130 dBSPL : sirène des pompiers.

  • 130 dBSPL : seuil de la douleur.

  • 180 dBSPL : décollage de la fusée Ariane.

 

Composition.

Les sons naturels ne sont pas des ondes aussi simples. Ils sont en réalité composés de plusieurs ondes dont les fréquences, les intensité et les durées diffèrent. Ce sont les harmoniques du son.

Si les fréquences des harmoniques d'une onde snore sont quelconques et sans rapport entre elles, l'onde sonore ne se répète pas régulièrement dans le temps, elle n'a pas de fréquence. On parle alors de son atonal.

Si, en revanche, les fréquences des différentes harmoniques sont proportionnelles entre elles alors l'onde sonore a une fréquence, il s'agit d'un son tonale, sa fréquence est appelée note. Ce sont ces sons là que l'on utilise en musique.

Sans rentrer dans les détails, les notes de musiques, directement liées à la fréquence sont issues de conventions. Ainsi la note de référence est le LA 440, c'est à dire une onde sonore dont la fréquence est de 440Hz. C'est l'onde produite par un diapason classique.

 

Réverbération.

 

Lorsque qu'une onde sonore qui se propage rencontre une portion de matière dure, la propagation est modifiée. L'onde sonore peut soit être absorbée soit être réfléchie en fonction des propriétés physique de l'obstacle rencontré. Dans le cas d'une absorption, l'onde sonore s'éteint simplement au contact de l'obstacle. Dans le cas d'une réflexion, tout ou une partie des composantes de l'onde sonore est renvoyée. La propagation de l'onde reprend alors dans une autre direction.

Un auditeur placé à proximité de la source perçoit donc d'une part le son émis directement par la source, et d'autre part, les sons réverbérés par les différentes surfaces rencontrées par l'onde sonore. On parle de « champ direct » et de « champ diffus ».

champ diffus : composé de multiples répliques du champ direct plus ou moins appauvries en composantes et en intensités, plus ou moins différés dans le temps.

Lorsqu'on l'on crie d'un point de vue surplombant une vallée, on entend le champ direct (notre voix) puis le champ diffus (échos). Lorsque le champ diffus se compose de réplique claire et très différées dans le temps, on parle d'écho.

Dans une salle de bain carrelée, lorsqu'on parle, on entend la réverbération liée aux multiples réflexions du son sur les carreaux. Lorsque le champ diffus se compose de très nombreuses répliques très rapprochées dans le temps, on parle de réverbération.

Ainsi, chaque environnement sonore a une empreinte propre liée au type de champ diffus qu'il produit, ainsi une même source sonore pourra être perçue très différemment selon le lieu ou elle est diffusée.

Par L1 Infocom, Cru 2010/2011. - Publié dans : CM Le son comme matériau plastique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 octobre 3 12 /10 /Oct 21:48

 

Partiel : questions de cours +?

 

Référencement.

Une page web doit être accessible au plus grand nombre pour être visible.

Une plateforme a pour but de rendre accessible des documents et rien d'autre (ebay, FB, etc).

 

Définir le référencement.

Le terme en anglais est SIO (search ingine optimization). C'est un domaine empirique ou seuls les tests et les expériences pourront faire progresser.

Un super marché est un espace à l'intérieur du quel se trouvent des articles. De ce fait, un article référencé est un article qui se trouve dans un rayon (comparaison avec bibliothèque). Les articles les plus visible sont ceux placés en tête d'affiche/de gondole car ils sont référencés pour des logiciels de recherche. Il permettent aux articles de ne pas tous occuper la même position.

Un site référencé est alors un élément présent dans les bases de données d'un moteur de recherche. Placer un document dans une base de donnée c'est l'indexé mais ce n'est pas suffisant pour qu'il soit visible.

Notre but est de placer notre site en haut de la tête de gondole afin qu'il soit le plus visible possible. Il faut donc être bien positionné à l'aide de mots clés pertinents et utilisés par le plus grands nombre d'individus.

Il faut aussi passer par l'étape d'évaluation du trafic généré par les efforts d'optimisation.

Le référencement c'est une activité de positionnement dans les moteurs de recherche et qui revient à vérifier le trafic obtenu.

 

Différences entre liens organiques et liens sponsorisés.

 

Plusieurs zones observables dans lesquelles apparaissent des liens sponsorisés (commerciales, publicitaires), des liens organiques (non commerciales).

 

Addwords (google) => service utilisé pour placer les liens commerciaux.

Ce sont des annonces payées par des annonceurs selon un système d'enchères avec paiement par cliques.

 

Les liens organiques sont nommés ainsi car ils proviennent du coeur du moteur de recherche dans la base de donnée. On les appelle aussi des liens naturels car aucun processus financier/publicitaire intervient dans leur classement. Lorsqu'ils sont affichés par un moteur de recherche, ils sont présentés sous la forme d'une liste de 10 pages et sont fournit par un algorithme de pertinence dans le moteur de recherche.

 

Tout les liens n'ont pas de relation directe entre eux mais ils peuvent s'influencer les uns par rapport aux autres. Les liens commerciaux sont soumis à vérification effectuée par une équipe éditoriale (humains), ce filtrage permet plus de pertinence pour répondre à une problématique donnée.

 

Christophe Bruno : site d'artiste référencé à l'aide de mots clés achetés sans aucun rapport avec son contenu pour apparaître dans des zones commerciales, sorte de geste artiste dans ce détournement du programme.

 

Les résultats naturels sont indépendants des résultats sponsorisés (non mélangés dans le résultat de recherche). Cette indépendance est la seule façon de perdurer dans le temps pour un moteur de recherche.

Exemple de mélange : moteur de recherche de free

Ces deux types de liens sont les deux sources principales d'informations des moteurs de recherche.

 

Selon Larry Page, l'un des deux fondateur de google, « le moteur de recherche idéal doit comprendre exactement l'objet de la recherche pour fournir exactement les informations demandées ».

 

Une stratégie de référencement naturel a pour vocation de positionner une ou plusieurs du site dans les premiers résultats que présentent les listes de liens organiques lorsque des mots clés importants pour notre activité sont saisis par les internautes. Plusieurs étapes à respecter pour cela.

 

Phase n°1 : référencement.

L'affichage de résultats pour un moteur de recherche se décompose en 3 étapes :

  • Etape n°1 : l'extraction depuis l'index du moteur de recherche des pages qui répondent aux mots de la requête tapée par l'utilisateur. Pas obligatoirement des pages contenant ces pages mais des pages en relation avec ces mots.

  • Etape n°2 : le classement des résultats par pertinence.

  • Etape n°3 : l'affichage.

Parce qu'un moteur se sert d'un index de recherche, il faudra que les pages du site web soient présentes dans cet index. Phase de référencement = condition nécessaire pour que les pages soient trouvées. Ce n'est pas sans incidence sur la façon dont le site doit être référencé dès sa création.

 

Il faut que les pages contiennent les mots clés importants pour notre activité. La présence des mots n'est pas suffisante néanmoins. Pour faire en sorte que nos documents soient réactifs par rapport aux critères de pertinence des moteurs de recherche, il faudra insérer ces termes dans des « zones chaudes ». celles sont, par exemple, le titre de la page les urls.

 

Être bien positionné dans les 30 premiers résultats. Le site doit être trouvable de la façon la plus complète possible.

 

Phase n° 2 : identification et sélection.

Les pages du site devront se trouver dans le lot des pages identifiées.

 

Phase n°3 : positionnement.

Les pages devront être optimisées en fonction de critères de pertinence des moteurs de recherche de façon à être le mieux placé.

 

Phase n°4 : le suivi.

Elle revient à estimer et mesurer l'efficacité d'une stratégie de référencement.

 

Depuis que le référencement existe, on a tendance à dire que sur la saisi d'un mot clé le but d'un bon positionnement est d'apparaître dans les 3 premières pages des outils de recherche. Très peu d'internautes vont plus loin que le 3è page.

 

Selon une étude du journal du net (2009), moins d'un tiers des internautes ne consultent que la première page de résultats. Ils sont 45% à consulter la 2è et 3è page. Moins d'un tiers dépassent la 4è page de résultats.

 

Selon une étude Iprospect (avril 2006), 62% des utilisateurs des moteurs de recherche cliquent sur un résultat proposé sur la première page de l'un moteur favoris sans aller plus loin. 90% d'entre eux ne dépassent jamais la 3è page de résultats.

 

Selon une étude (juin 2003), 54% des internautes ne visualisent que la première page des résultats, 19% vont jusqu'à la 2è et moins de 10% jusqu'à la 3è page.

 

Au fur et à mesure que les utilisateurs utilisent des moteurs de recherche, leurs habitudes changent avec les années. Un internaute a maintenant davantage l'habitude de saisir une requête, si les dix liens proposés ne conviennent pas, son premier réflexe sera de saisir une nouvelle requête (au début, on naviguait sur les autres pages). L'internaute reste de plus en plus souvent sur la première page de résultat ( = SERP).

 

Être au dessus de la ligne de flottaison (Abore the fold) = être visible en haut de la liste sans que le type ait à bouger l'ascenseur.

 

One box = google propose son propre résultat directement dans le haut de la recherche.

 

Ëtre dans le triangle d'or c'est être dans les 3 premiers résultats d'un recherche.

 

 

 

 

 

 

Par L1 Infocom, Cru 2010/2011. - Publié dans : CM E-communication
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Un truc.

WARNING

! Warning !


Les informations déposées ici correspondent à des cours magistraux datés précisement.

Ce site ne peut être tenu pour responsable en cas de changements de matières

et/ou contenus dans un futur proche ou lointain au sujet de cette licence.

Liens directs.

Conférences

(2010/2011)

 

N°1

N°2

N°3

N°4

 

Semestre 1

(2010/2011)

 

Critiques et courants de pensées

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°7

 

Economie contemporaine

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

 

Design et architecture

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

 

Histoire des arts (partie1)

 Cours n°1 

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°6

Cours n°6

Cours n°7

Cours n°8

Cours n°9

 

Histoire des cinémas (partie1)

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°6

Cours n°7

 

Histoire des médias 

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°6

Cours n°7

Cours n°8

 

Musées et collections 

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°6

Cours n°7

Cours n°8

 

Photographie contemporaine

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

 

Semestre 2

(2010/2011)


Entreprise et organisation

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

 

Espaces publics & espaces privées

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4 

 

Histoire des arts (partie 2)

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3


Histoire des cinémas (partie2)

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

 

Logiciel 3D

Cours n°1

Cours n°2

 

Statut de l'image

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

Cours n°6

 

Stratégies de communication

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

Cours n°5

 

Semestre 3

(2011/2012)

 

  Histoire des cinémas (partie 3)

  Cours n°1

 

Logiciel 3D

Cours n°1

 

Sémiologie et multimédia

Cours n°1

Cours n°2

Cours n°3

Cours n°4

 

Espaces privées et publics : création web

Cours n°1

Cours n°2

 

Arts et management

Cours n°1

 

E-communication

  Cours n°1

 

Le son comme matériau plastique

Cours n°1

 

Semestre 4

(2011/2012)

 

 

 

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés