Design et architecture, 10/11/10.

Publié le par l1infocom.2010.2011.over-blog.net

 

Photo d'une ville détruite datant de 1944, après un bombardement.

 

I) Reconstruction et mouvement moderne.

 

Deux photos de reconstruction de villes après bombardements (Brest et Le Havre). Stratification historique, la ville se construit morceaux par morceaux. Il y a une optimisation de la surface, une reconstruction rationnelle. La ville est reconstruite de manière à est optimale niveau surface mais aussi niveau confort. Habiter, travailler, se déplacer dans la ville, se recréer l'esprit et le corps. Le plus simple serait de séparer la ville en quartier (quartier privée, travail, etc), cela diminue la pollution, les immeubles auraient des formes propre à définir leur quartier.

 

Le Corbusier, a construit qu'une seule vile mais aussi des « cités radieuses » prototypes de ce que serait des villes idéales. L'immeuble pris en exemple répond aux normes du Corbusier. L'immeuble doit être sur pilotis afin de pouvoir circuler à travers l'immeuble (dessous).

Concept du modulor. « La cité radieuse » à Marseille, 1955. Les mesures sont effectuée sur la base d'un être humain de taille idéale. La façade du bâtiment a deux caractéristiques : elles sont réparties en deux volumes de taille inégale (c'est à dire que tout les logements sont des duplex). Cet immeuble est construit comme une grille sur une ossature et les appartements sont « glissés » dedans et isolés de la structure, ainsi l'isolation d'un logement à l'autre est quasi parfaite. Projet qui donne l'impression d'habiter dans l'utopie d'un autre/projet d'un autre.

 

5 cités « radieuses » ont été construites en France (Nantes, Fiminy, Briey-en-forêt, etc).

 

Dans son esprit, ses constructions doivent être économiques. Néanmoins Le Corbusier était peintre et sculpteur et faisait que de la forme l'après midi. Il prétend que la façade n'est que les conséquences des décisions prises pour vivre dedans alors que ses immeubles ont tous une cohérence de langage qui leur donne forme.

 

II) Libérations des moeurs et consommation.

 

« Pop design »

 

Terme pop : années 50, ins pirations d'une culture populaire.

 

Mouvement artistique (Irchard Hamilton, Andy Warhol, Roy Lichenstein et Claes Oldenburg,...)

 

Influence des années 60 en design autour d'objets jetable, d'obsolescence rapide, objets clin d'oeil. Matières plastiques, couleurs franches et vives, optimisme général, inspirations psychédéliques, libération des moeurs, kitsch, fasciniation pour l'ère spatiale...

 

 

Hamilton-appealing2.jpg

Richard Hamilton : « Just What Is It That makes Today's Homes So Different, So Appeazling ? », 26x25cm, 1956.

 

 

 

CreamDisraeli.jpg

Martin Sharp, design et Bob Whitaker, photographie : pochette du disque « Disraéli Gears » du groupe Cream.

 

 

1955-Polly-Magoo-affiche-300x225.jpg

William Klein : « qui etes vous ? » Polly Maggoo, 1966.

 

 

Barbarella-2-3935.jpg

Affiche du film Barbarella.

 

 

 

Yerner Panton, « Paysage de fantaisie », 1970. ses travaux sont très connotés sexuellement comme l'exemple de la « chaise Panton », 1959 ou encore « Living Tower » et 1970 expositions. Rupture fondamentale dans la façon de s'assoir.

Époque n°1 jusqu'en 1920 : quand on se marie, on hérite des meubles des grands parents.

Epoque n°2 : si les meubles sont produits de manière industrielle, on peut alors les acheter plutôt que de les hériter.

On peut changer de style dans sa vie plusieurs fois avec les meubles actuels, cela n'était pas possible en 1920. Cette notion de mode dans les meubles provoque des achats réflexes, une démarche différente puisque les objets sont vu avant d'être achetés en design (contrairement en 1920).

 

 

 

  COLOMBO-tube-chair-joe-colombo-1969p129.jpg

 

Joe Colombo : « Espace » et « tube chair », 1969.

 

Studio Alchimia

 

Fondé en 1975 à Milan.

Ettore Sottsass, Alessandro Mendini, Andrea Branzi, Michele De Lucchi...

Dérision, moqueries, ridiculiser les prétentions du « good design », ré-introduire des éléments décoratifs, faciliter l'interaction entre utilisateur et créateur.

Engagement politique, citations, créations « savantes ».

 

Entre 1950 et 1980, l'Italie vit une époque un peu particulière, il y a une explosion de petits groupes en design, arts, etc.

 

Exemples :

« Structure tremblante » de Ettore Sottsass, 1979.

« Divan Kandinsky » de Alessandro Mendini.

« Temples pour les expériences érotiques », Distributeur de L sd » et « toit sous lequel discuter » qui viennent de « La planète est une fête », 1972.

 

Utopies urbaines.

 

Archigram, (Warren Chalk, Peter Cook, Dennis Cromption, David Green, Ron Herron et Mickael Webbs).

 

Cette utopie se passe volontiers de progrès sociaux. Pour autant, tout ne va pas si bien que ça puisse que y'a des gens mal logés, SDF etc. Ces questions urbaines et politiques/sociales sont abordées de manière différentes, certains disent qu'elles doivent être au coeur du débat alors qu'on a pas les moyens de les mettre en avant. Trois thèmes : technique, idéologie, social.

 

Archigram, (Cook, Cromption et Herron) : « Instant city », 1968. en vivant dans un petit village, on a pas accès à toutes les façon de transmettre la culture (festival, défilé,zoos, etc). Ainsi dans le tableau est équipements culturels sont parachutés dans le village dessiné qui, à la base, n'avait pas cette dimension là.

 

Memphis, Totem.

Commenter cet article