Histoire des cinémas, 18/11/10.

Publié le par l1infocom.2010.2011.over-blog.net

Extrait de « A bout de souffle », film.

 

 

L'acteur s'adresse directement à la caméra pour l'époque c'était relativement choquant (1959 ?).

 

La nouvelle vague. Désignation qui vient d'une journaliste, Giroud, qui écriva dans le journal l'express du 3 octobre 1957 de ce courant. Elle a fait une enquête sociologique la dessus. Génération mouvementée (mai 68). ce terme de nouvelle vague a été repris très rapidement pour le cinéma par un journaliste/critique de cinéma.

Dans les années 50, en France, des syndicats émergent pour tout les corps de métiers liés au cinéma. Films fait en studio avec une organisations très régencée, souvent les même réalisateurs car il fallait suivre un parcours précis pour devenir réalisateur. Utilisation de caméras lourdes. Création de nouvelles caméras plus légères et de nouveau matériaux sonores.

1948, est crée par le gouvernement français la TSA (taxe spéciale additionnelle) va permettre de créer un fond de soutien qui va etre donné à des projets de film pour la production.

 

 

Extrait « Les quatre cent coups ».

 

Nouvelle vague = un groupe de cinéastes jeunes : Jean luc godard, Truffaut, Chabrol, Rohmer, Rivette, Vadim, Malle, Resnais, Demy, Varda, Pialat, Kast, Astruc.

 

Ils n'ont pas fait d'école technique et deviennent néanmoins critiques de cinémas.

 

Cinéphage désigne un individu visionnant un nombre important de films par jour, ¾ films par jour.

 

Article « une certaine tendance du cinéma français » et en 1957, un article du 15 mai venant du festival de Cannes (lectures par l'intervenante).

 

Bresson, Bergman, Fellini, Hitchcoch => réalisateurs importants à connaître.

 

Premier court métrage qui lance la nouvelle vague, « le coup du berger » (Rivette, 1956).

Les premiers long métrage apparaissent en 1959.

Le nombre de premiers films réalisés double à partir de 1959.

Néoréalisme italien, mouvement des années 50 en Italie, il va vers des sujets plus sociaux, moins glamour, filmer la misère avec un regard moderne. c'est un style plus « proche du peuple ».

 

Place cruciale de la littérature dans les références et les objet/lieux (imprimerie) chez les réalisateur de la nouvelle vague. Ils utilisent une caméra plus libre qui suit les mouvements. Il y a aussi une mise en scène particulière de la voix, importance de la voix off.

450 000 entrées pour le film « Les quatre cent coups ».

 

 

Extrait du film « La jetée », 1962/1963.

 

Nouvelle génération d'acteurs (jean paul belmondo, etc) dynamique. Age d'or en 1963/64 de la nouvelle vague puis ca commence a baisser, la fin de ce courant a lieu en 1968.

Commenter cet article